Practice « Life Science & Pharmaceutical »: Pharma 4.0

Practice "Life Science & Pharmaceutical": Pharma 4.0

La digitalisation est aujourd’hui au cœur de la stratégie de toute entreprise. Et, si l’Industrie 4.0 a fait ses preuves dans de nombreux domaines, l’industrie pharmaceutique n’en est qu’à ses premiers pas.
Reprenant le concept et les objectifs de l’Industrie 4.0, la Pharma 4.0 semble une bonne solution au défi majeur que l’industrie pharmaceutique doit relever : la R&D est trop coûteuse et son modèle dans son ensemble doit être transformé.

Ce nouveau concept met donc en place des processus automatisés hautement efficaces grâce à une stratégie de contrôle de production intégrée. L’un de ses objectifs principaux est de rendre la production pharmaceutique plus sûre et plus efficace. Mais il ne s’agit pas seulement d’automatisation : la qualité, la main-d’œuvre, la productivité, la collaboration avec les partenaires et fournisseurs doivent aussi être prises en compte pour assurer sa viabilité et sa rentabilité. La Pharma 4.0 doit aussi permettre aux fabricants d’intégrer des fonctions spécifiques aux machines et logiciels au moment de leur création. Cependant, bien que les machines soient à la pointe de la technologie, le but n’est pas de les faire remplacer la main-d’œuvre. La Pharma 4.0 vise en effet à permettre à celle-ci de travailler sur des activités à valeur ajoutée, en utilisant le potentiel maximal du cerveau humain, par sa créativité et sa capacité à résoudre des problèmes.

La Practice « Life Science & Pharmaceutical » s’est ainsi penchée sur le sujet lors de sa dernière rencontre. Les consultants ont pu débattre des enjeux pour Antaes, de son positionnement dans ce domaine ainsi que des solutions qu’apporte la Pharma 4.0 et sa mise en œuvre concrète. Chacun a pu présenter plusieurs éléments permettant d’enrichir l’offre Antaes :
– Méthodologie,
– Process,
– Etc.

Notre approche est basée sur une réflexion holistique centrée sur les personnes pour la fabrication pharmaceutique qui englobe les éléments suivants:

  • Évolution de la qualification et des pratiques CSV grâce au déploiement de l’ASTM E2500 pour la qualification des équipements et l’approche différenciée pour les systèmes informatiques d’entreprise, de contrôle et d’analyse.
  • Gestion des risques basée sur la science pour la validation des processus
  • Numérisation du processus de libération par lots grâce à l’utilisation d’un système informatique intégré tel que LIMS, SDMS, MES et des solutions de gestion de la qualité.
  • Transformation de la production et prise en charge des pratiques de maintenance en un modèle de service intégré
  • Un strict respect des règles de prédicat BPF à travers un examen attentif des décisions critiques.
Practice